portland independent media center  
images audio video
newswire article creative global

environment

Polysémie du vivant

Un pas en avant, trois pas en arrière...
" En permettant l'homme, la nature a commis beaucoup plus qu'une erreur
de calcul : un attentat contre elle-même "

E. M. Cioran ( De l'inconvénient d'être né, 1973 )

Ainsi
Alors que le requin
Vivait sur notre planète, serein
Et ce depuis 400 millions d'années
Et avec 510 espèces, le requin est de nos jours, menacé
Toutes ne sont pas encore découvertes
En cruauté inutile, l'être dit humain est le plus bête
Le requin bordé, le requin corail
Le requin lézard, le requin lutin
Requin lézard aux deux-cents dents
Le requin du Groenland qui vit deux-cents ans
Parfois, leurs yeux, par des copépodes sont parasités
Jusqu'à devenir petit à petit aveuglés
Il y a en fait deux grandes familles de requins
Les raies et donc les requins
Le requin-baleine qui avec 12 mètres de long
Est le plus gros des poissons
Le grand requin blanc
5 mètres de long, 2 tonnes, un autre géant
Le requin nourrice
Qui aspire des proies comme un vice
Le requin gris du récif
Avec son labre dentiste, jamais poussif
Forcément, les requins doivent aussi se nourrir
C'est la nature, pas besoin d'y réfléchir
Du plancton, du poisson, de l'otarie
Et une peau extraordinaire tout comme leur ouïe
Le requin a une peau sans aucune bactérie
Un grand service pour les hôpitaux
Et certaines maladies qui sont des fléaux
Et en sport
Des combinaisons pour la natation
Trop performantes, elles sont interdites de compétition
La peau de requin
Certes, cela n'est pas rien
Donc, des bestioles inoffensives, placides
Mais l'être humain en a fait un génocide
Et ainsi chaque année
100 millions de requins sont tués
Une espèce sur quatre est au bord de l'extinction
Surpêche jusqu'à 800 mètres de fond
Et puis cette injustice, cette mauvaise réputation
Alors qu'il y a 50.000 fois plus de probabilités
De mourir un jour comme un noyé
Que par un requin d'être le tué
Parfois volontairement
Car il y a aussi de rares requins bandits
Comme certains pêcheurs et certains chasseurs
Qui tuent pour tuer, pauvres nazis
Se repaissant de toutes les douleurs
Pourtant
Chaque requin a une vie sociale
Et une individualité peu banale
Comme ( Hemiscyllium ocellatum ) le requin-chabot-ocellé
Qui à marée basse sur les eaux, sait marcher
Pas comme Jésus qui n'a jamais existé
Donc des tas de qualités
Avec lesquelles l'être humain ne peut rivaliser
Et qui sont en vérité
Souvent le propre de toute animalité
De fait, le requin
N'est pas un requin
Pour tous les autres requins
Car c'est l'être humain seulement
Que lui, rien n'est plus dément
Qui est un requin pour l'être humain
Dans une représentation retournée
Dans une symbolique détournée
Le requin est finalement plus humain
Comme quoi tous les mots
Sont mensongers et sont faux
Tout mot renvoie à un cliché
Et l'on en fait un préjugé
Un peu comme l'information télévisée
Où tout y est de la manipulation orchestrée !
Néanmoins
Magie de la nature
Nature de la magie
Larve, 10 ans sous terre
Et voilà une cigale dans les airs
Ou le ( Pachycereus pringlei ) cactus Cardone
18 mètres de haut, qui vit 300 ans, au désertique, il donne
Je nous épargne la plupart des noms scientifiques
Avec les noms communs, plus spécifiques
Donc, il y a déjà beaucoup d'espèces sur la planète Terre
C'est un peu le zoo de l'Univers
Avec un U majuscule, un u minuscule, c'est toujours l'Univers
Chaque espèce
Dans sa propre messe
Dans son propre espace-temps
De ce que l'on voit et perçoit, de ce que l'on entend
Bref, de tout ce que l'on apprend
Il y a donc une reproduction
De toute une signalisation
Des comportements, parfois des innovations
Selon le niveau d'organisation
Sans le petit ou grand échelon
Tout s'y vaut, tout y est considérable
Sauf pour l'espèce humaine, si prétentieuse
Qui à tout ce qui vit est si odieuse
Si l'agressivité interspécifique est peu évitable
De chaque espèce, une autre espèce est sur sa table
Se vêtir, se nourrir, même des plantes, des végétaux, inévitable
L'agressivité intraspécifique est elle, tout-à-fait évitable !
Finalement
C'est, il y a environ 4,5 milliards d'années
La collision Théia et la Terre tout juste formée
Qui permit à la Lune de se constituer
Notre planète était alors de grande stérilité
Ouragans, tempêtes, pour tout ravager
900 jours pour une année
10 heures de nuit, 10 heures de jour
Pas la même durée que notre actuelle journée
Et ce sont donc les marées lunaires
Qui permirent une nouvelle ère
Des bactéries aux monstres marins
Après l'explosion du Cambrien
Il y a environ 500 millions d'années
Et à la sortie des eaux, il fallut s'adapter
De ce fait, les limules
Firent petit à petit d'innombrables émules
Et à propos de notre Lune si proche
Morceau de Terre aussi, une collision pas moche
Des scientifiques comme feu Kepler la crurent habitée
Les fameux Sélénites, on l'a vite oublié
Alors que les marées lunaires continuent de s'exercer
Des océans, mais des grandes villes, aussi
Et deux fois par jour, il en va ainsi
Elles s'élèvent de quelques dizaines de centimètres
Puis
Elles retombent de quelques dizaines de centimètres
La Lune s'éloignant
De la Terre de 4 cm par an
C'est l'Histoire humaine
Un peu de joie, beaucoup de peine
30 juillet 1830
Charles X suspendit la liberté de la presse
Et il rétablit la censure qui oppresse
Comme à Paris
L'on manifesta à Nantes, aussi
Place Graslin, à cette époque, place de la comédie
Pour la répression, déjà la gendarmerie
Comme une marée inhumaine, réactionnaire
Contre la marée humaine, révolutionnaire
Et en France, 100.000 gendarmes aujourd'hui
L'éternel flux et reflux, paix, guerre
Quand même la paix est toujours de la guerre
Un pas en avant, trois pas en arrière
La révolution psychologique reste à faire
Abolition des classes et du salariat, de l'Etat
Des frontières, de la propriété privée, du prolétariat
Et après le premier calendrier lunaire
Qui date de 30.000 ans, gravé dans la pierre
Enfin, le premier calendrier révolutionnaire
Pour de nouvelles vraies relations
Sans argent, sans hiérarchie
Sans religion, sans idéologie
L'esprit du corps, le corps de l'esprit
Il serait merveilleux, ce temps d'anarchie
Car encore une fois
Comme une profession de foi
La normalité n'est qu'une aliénation
Comme aliénation de la normalité !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

"By allowing the man, nature made much more than one error
of calculation: an attack against itself "

E. Mr. Cioran (Of the disadvantage of being born, 1973)

Thus
Whereas the shark
Lived on our planet, serene
And this since 400 million years
And with 510 species, the shark, is nowadays threatened
All are not yet discovered
In useless cruelty, the being known as human is stupidest
The bordered shark, the shark coral
The shark lizard, the shark imp
Shark lizard with the two hundred teeth
The shark of Greenland which lives two hundred years
Sometimes, their eyes, by of the Copepoda are parasitized
Until becoming gradually plugged
There are in fact two large families of sharks
Lines and thus sharks
The shark-whale which with 12 meters length
Is largest of fishes
The large white shark
5 meters of length, 2 tons, another giant
The shark nurse
Who aspires preys like a defect
The gray shark of the reef
With its labre dentist, never puffing
Inevitably, the sharks must also nourish themselves
It is nature, not need to think of it
Plankton, fish, otary
And an extraordinary skin just like their hearing
The shark has a skin without any bacterium
A great service for the hospitals
And certain diseases which are plagues
And in sport
Combinations for swimming
Too much powerful, it is prohibited of competition
Shagreen
Admittedly, that is nothing
Therefore, of the inoffensive, placid small beasts
But the human being made a genocide of it
And thus each year
100 million sharks is killed
A species on four is at the edge of the extinction
Surpêche up to 800 meters basic
And then this injustice, this bad reputation
Whereas there are 50,000 times more probabilities
To die one day like one drowned
That by a shark to be killed
Sometimes voluntarily
Because there are also rare sharks gangsters
Like certain fishermen and certain hunters
Who kill to kill, poor Nazis
Feeding of all the pains
However
Each shark has a social life
And a not very banal individuality
Like (Hemiscyllium ocellatum) the shark-chub-ocellé
Who with low tide on water, can walk
Not as Jesus who never existed
Thus heaps of qualities
With which the human being cannot compete
And which is in truth
Often the characteristic of any animality
In fact, the shark
Is not a shark
For all the other sharks
Because it is the human being only
That, nothing is lunatic any more for him
Who is a shark it human being
In a turned over representation
In a diverted symbolic system
The shark is finally more human
Like what all words
Are untrue and are false
Any word returns to a stereotype
And one makes a prejudice of it
A little like televised information
Where all is orchestrated handling there!
Nevertheless
Magic of nature
Nature of the magic
Larva, 10 years under ground
And here is a cicada in the airs
Or it (Pachycereus pringlei) Cardone cactus
18 meters in height, which lives 300 years, with desert, it gives
I save to us most scientific names
With the common nouns, more specific
Therefore, there are already many species on planet Is in hiding
It is a little the zoo of the Universe
With U capital letter, U lower-case, it is always the Universe
Each species
In its own mass
In its own space time
The EC what one sees and perceives, of what one hears
In short, of all that one learns
There is thus a reproduction
Of a whole indication
Behaviors, sometimes of the innovations
According to the level of organization
Without the small one or great level
Very is worth itself there, all is considerable there
Except for the mankind, if pretentious
Who with all that lives is so odious
If interspecific aggressiveness is not very avoidable
Of each species, another species is on its table
To dress themselves, nourish themselves, even plants, plants, inevitable
Intraspecific aggressiveness is it, completely avoidable!
Finally
It is, there is approximately 4.5 billion years
The Théia collision and Earth just formed
Who allowed the Moon to constitute himself
Our planet was then of great sterility
Hurricanes, storms, for all to devastate
900 days for one year
10 hours of night, 10 hours of day
Pas la even lasted that our current day
And they are thus the lunar tides
Who allowed a new era
Bacteria with the marine monsters
After the explosion of Cambrien
Approximately 500 million years ago
And for the exit of water, it was necessary to adapt
So limules
Made innumerable followers gradually
And in connection with our so close Moon
Piece of Ground also, a collision not ugly
Scientists as fire Kepler believed it inhabited
Famous Selenites, it was quickly forgotten
Whereas the lunar tides continue to be exerted
Oceans, but of the big cities, too
And twice a day, it goes from there thus
They rise few tens of centimetres
Then
They fall down of a few tens of centimetres
The Moon moving away
Earth of 4 cm a year
It is the Human history
A little joy, much of sorrow
July 30th, 1830
Charles X suspended freedom of the press
And it restores the censure which oppresses
As in Paris
One expressed in Nantes, too
Place Graslin, at that time, places comedy
For repression, already the gendarmerie
Like an inhuman tide, reactionary
Against the crowd, revolutionist
And in France, 100,000 gendarmes today
The eternal flow and backward flow, peace, war
Nevertheless peace is always of the war
A step ahead, three steps behind
The psychological revolution remains to be made
Abolition of the classes and wage-earning, the State
Borders, private property, proletariat
And after the first lunar calendar
Who goes back to 30,000 years, engraved in the stone
Lastly, the first revolutionary calendar
For news true relations
Without money, hierarchy
Without religion, ideology
The spirit of the body, the body of the spirit
It would be marvellous, this time of anarchy
Because once again
Like a profession of faith
Normality is only one alienation
How alienation of normality!

Patrice Faubert (2016) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Stalemate says the guest on "hiway index"

Woll Gee That Was Pretty Heavy Man 18.Dec.2018 00:25

blues

Got any more of these?